Le télétravail, comment le mettre en place ?

Télétravail

En vogue depuis maintenant plusieurs années, le télétravail est un outil que certains employeurs utilisent dans l’objectif de rendre plus agréable le cadre de travail de ses salariés, c’est donc dans l’intérêt des deux parties. Mais qu’en est-il de leurs obligations ?

 

Quels intérêts pour le télétravail ?

 

Les intérêts n’existent pas seulement pour les salariés, contrairement à ce que l’on pourrait croire. En effet, cela apporte une certaine flexibilité et une aisance dans son travail, ce qui va contribuer à améliorer sa performance ou sa productivité que ce soit chez lui ou même au bureau car il sera plus épanoui. Cela se base donc sur une totale confiance mutuelle.

Néanmoins, il faut respecter certains petits conseils pour que le télétravail soit une opportunité pour tout le monde plutôt qu’un profit uniquement pour le salarié.

Tout d’abord, il faut responsabiliser vos employés. Cela passe par une demande de rapports statistiques sur sa productivité (quantité de tâches traitées en une heure par exemple), et qu’il s’engage à maintenir avec le travail à distance. Cela offre un premier moyen de contrôle pour l’employeur.

Deuxièmement, il faut que ce soit un sujet ouvert au sein des équipes et avec l’employeur pour pouvoir juger du réel intérêt pour l’entreprise et ses collègues. En effet, le télétravail ne peut pas s’appliquer à tous types d’entreprises, c’est à vous de le définir au sein de la vôtre de manière objective et argumentée plutôt que d’être catégorique et d’éviter le débat. Cela vous permettra de distinguer certains profils autonomes, et d’autres qui le sont moins et pour qui le télétravail diminuerait leur performance.

Enfin, voici une statistique plutôt étonnante : 74% des personnes qui télétravaillent, travaillent plus qu’ils ne le faisaient à leur bureau selon une étude réalisée par Obergo (Observatoire des conditions de travail et de l’ergostressie) pour la CFDT.

 

Mais quelles obligations et droits existent pour les deux parties ?

 

Tout d’abord, au niveau de l’employeur :

  • L’employeur peut refuser le télétravail mais il doit motiver sa réponse ;
  • Il informe de toutes les restrictions d’usages d’équipement ou outils informatiques ou de services de communication électronique ainsi que les sanctions prévues ;
  • Le télétravail découle soit d’un accord collectif, soit d’une charte élaborée par l’employeur, soit d’un accord conclu entre employé et employeur (voir ici pour les obligations).

Ensuite, pour le salarié :

  • Il est toujours salarié de l’entreprise, il bénéficie donc des mêmes droits individuels et collectifs que l’ensemble des salariés ;
  • Il est prioritaire pour occuper ou reprendre un poste sans télétravail et qui correspond à ses qualifications et compétences ;
  • Le refus d’acceptation du télétravail par l’employeur n’est pas un motif de rupture du contrat de travail.

 

Bien encadré et bien ciblé sur des postes et des personnalités spécifiques, le télétravail est un réel outil d’amélioration de la productivité. Il faut néanmoins le contrôler et ne pas l’étendre au salarié sur simple demande sans avoir étudié le poste.

 

Pour vous aider à la mise en place, le cabinet CAPEXIA peut vous accompagner et vous conseiller. N’hésitez pas à nous contacter via notre formulaire de contact !

s